Coup de ♥️ #2 : Interview de Johanna SAINT-PIERRE

Mis à jour : juin 4


© : Photo by Christian Kettiger


Johanna SAINT-PIERRE est une artiste hors pair, à l’écoute de son âme, en harmonie avec le Monde. Elle jongle habilement de tous ses rôles : auteure, compositrice, chanteuse, pianiste et productrice indépendante.


À son actif, trois albums électro-pop, deux EP pop soul et des remix électro signés sur des labels Parisiens et New-Yorkais. Elle collabore avec des DJ et producteurs prestigieux.

Elle fait partie du chœur gospel de Paris avec lequel elle a accompagné entre autres, Pharrell Williams, sur les plateaux de télévision française pour la chanson Happy.

Depuis bien longtemps, la scène est son élément.

En effet, Johanna a débuté très jeune avec le groupe de rock : LAPLACE. Ensemble, ils ont fait la première partie des ROLLING STONES à l’Olympia, ainsi que celle des SIMPLE MINDS pour plusieurs dates lors d’une tournée française.

En 2018, elle joue en solo piano voix, lors d’une première tournée aux USA,

en Caroline du Nord. S’en suivra son premier concert à New-York en juillet 2019.

J’ajoute que, Johanna SAINT-PIERRE nous enchante avec élégance de ces morceaux de vie captés ci et là autour d’elle. Elle manie sa plume et ses notes avec élégance et modernité tout en y parsemant de l’humour, de la légèreté, de la gravité, de l’amour…

Des flots d’émotions inspirés de ses rencontres, de ses partages de voix et de ses coups de cœurs artistiques.


TYNDIAYE : Chère Johanna SAINT-PIERRE, bonjour, je suis si heureuse de vous accueillir sur le Blog Coup de Cœur de TYNDIAYE. Un souhait de longue date 😊

Ma toute première question est une incontournable pour tous les invités du Blog :


En ce joli mois de mai et période toute particulière de cette sortie bientôt de 3ème confinement, que nous dit votre voix de vous ?


Johanna SAINT-PIERRE : Bonjour TYNDIAYE, j'attends avec impatience comme tout le monde, que les restrictions soient levées et que l'on puisse retrouver notre liberté. En tant qu'artiste musicienne, je suis particulièrement touchée car je n'ai pu jouer devant un public depuis longtemps. J'ai quand même eu la chance d'avoir fait un dernier concert dans une salle de spectacle de 300 personnes (150 masquées) fin octobre. J'ai aussi enregistré en février un superbe web live qui sortira d'ici peu pour l'émission Afrodiziac...

La chorale gospel me manque aussi et j'attends avec impatience que les répétitions reprennent en présentiel pour retrouver aussi mes camarades chanteurs et musiciens.


T : Votre voix est essentielle, comment l’entretenez-vous ? Quelques secrets ?

Diriez-vous que votre voix chantée et/ou parlée a évolué par rapport à vos débuts et si oui en quoi ?


Johanna SAINT-PIERRE : Oui, TYNDIAYE, ma voix a énormément évolué grâce au travail musical et technique que je fais depuis que je suis toute petite. J'ai eu la chance de commencer à l'âge de 7 ans dans une classe primaire musical. Nous avions une chorale de très bon niveau où il y avait les pupitres soprano et alto, ce qui est déjà compliqué techniquement. Je faisais du piano et du solfège en même temps. Après mon bac, j'ai décidé de devenir musicienne professionnelle et j'ai commencé les cours de chant particulier assez rapidement avec des coachs vocaux. Depuis , je n'ai jamais arrêté de chanter. En fait la voix c'est comme un danseur, il ne faut jamais arrêter si c'est votre passion. Et c'est vrai que si vous avez la possibilité de vous entourer d'un bon coach, cela permet de ne pas s'abîmer la voix et au contraire de la faire s'épanouir.


T : Du rock à l’électro-pop puis à la soul-pop, des collaborations en tout genre, 2 EP signés avec un Label de renom américain, choriste dans le chœur gospel de Paris, votre parcours est juste atypique et incroyable, pourriez-vous nous le décrire en quelques mots ? Quelques phrases ?


Johanna SAINT-PIERRE : J'ai eu la chance de savoir très vite à l'adolescence que j'allais vouer ma vie à la musique en tant que pianiste, chanteuse, auteure, compositrice, productrice. J'aime la pop sous toutes ses formes, le jazz et la soul. Après mon bac, j'ai étudié dans une école de jazz à Paris, le CIM (Centre d'Informations Musicales), tout en faisant musicologie à la Sorbonne. Pour me payer l'école, j'ai été engagée au Studio des Variétés, sous la direction de Tony Bonfils (bassiste et chef d'orchestre d'Aznavour), en tant que clavier, pour accompagner des chanteurs sur scène. J'ai carrément appris à faire de la scène là-bas. On jouait dans des petites salles parisiennes comme le Sentier des Halles. J'ai aussi monté un groupe de filles "Chéri Bibi". On jouait dans les bars branchés de la capitale à droite, à gauche, comme la Casbah par exemple ! Nous nous sommes même fait remarquer par Sony Éditions. Cela n’a pas abouti... J'avais 19 ans !


© : Photo by Célian Rocques


T : Et le groupe LAPLACE une sacrée histoire !


Johanna SAINT-PIERRE : Oui ! Dans la continuité, j’ai signé en maison de disque avec le groupe de Rock LAPLACE en tant que clavier et choriste.

Dans ce groupe, très jeune, j'ai rapidement appris le métier sous toutes ses formes. Nous avons fait des tournées et joué à la CIGALE. Trop marrant !

Les DAFT PUNK passaient des disques en première partie, incognitos et sans leur masques. Notre parrain était Jean-Louis AUBERT ! Oui incroyable ! Quelle belle énergie autour de nous ! Nous avons fait la première partie des ROLLING STONES à l'OLYMPIA, ainsi qu'une tournée avec les SIMPLE MINDS. Nous étions sponsorisés par PEPSI ! Nous avons enregistré un album au studio MIRAVAL, ( un studio français légendaire où les PINK FLOYD ont enregistré aussi). Nous avons eu un producteur américain génial KIRK YANO. J'ai eu une chance incroyable de démarrer une carrière si jeune et qui soit déjà tournée vers l'international. J'ai été gâtée. Nous avons eu tout le soutien nécessaire pour nous épanouir en tant qu'artistes musiciens.


T : Quand vous est venue le désir d’une carrière solo ?


Johanna SAINT-PIERRE : Puis en l'an 2000, j'ai eu envie de me lancer en solo en artiste indépendante. On m'a présenté Marc Ricci, DJ à l'hôtel Costes et producteur de leurs compilations. Je travaillais toujours avec mon Home Studio à la maison. Il a produit mon premier maxi pop électro « Electronic Superstar ». Cela m'a permis de signer avec une maison d'édition : Passport Songs Music. Ce qui est important, car je suis aussi auteure compositrice sur ce premier maxi. J'écrivais des chansons depuis longtemps. Je jouais en live aussi en parallèle, dans un groupe de jazz « Breakfirst Quartet », où j'étais cette fois-ci pianiste et chanteuse soliste. Je suis restée 3 ans dans ce groupe .


T : Et les USA ?


Johanna SAINT-PIERRE : J'ai de la famille aux USA et lors de vacances, j'ai amené ce premier vinyle « Electronic Superstar » que j'avais fait graver. Je l'ai distribué dans les clubs en soirée aux DJ. Du coup, je me suis fait remarquer par des producteurs américains. Le côté français est très apprécié là-bas. Et j'ai signé avec des labels électroniques entre Paris et New-York. Notamment avec le fameux label underground de House, IBADAN, pour le Maxi L'âme Éternelle avec Jephté GUILLAUME (bassiste des DESTINY CHILD).


Ensuite, avec l'aide d'ingénieurs du son/producteur parisiens, j’ai auto produit 3 albums solos pop électro et soul. Cette fois-ci, je les ai juste distribué numériquement sans faire de promo.

En parallèle en 2011, je me suis inscrite au chœur gospel de Paris et je vis depuis des aventures incroyables avec ce groupe. Nous avons même accompagné Pharrell Williams sur des plateaux de télé.


T : Comment définissez-vous l’artiste que vous êtes ?


Johanna SAINT-PIERRE : Je pense que je suis une artiste polyvalente, hyper créative et hyper active ! L'énergie amène l'énergie. Si tu t'arrêtes, tout s'écroule comme un château de cartes.


© : Photo by Christian Kettiger


T : Parlez-nous de votre dernier EP, une nouvelle fois produit par Brian BACCHUS? Qu’est-ce qui vous uni à ce pays ?


Johanna SAINT-PIERRE : En 2017, dans un club à New-York j'ai donné un album CD démo, sorti aussi en digital, "Walking Dolls" à l'un des plus grands producteurs de jazz américain. Brian Bacchus venait de produire 2 albums de Gregory Porter et avait fait littéralement exploser cet artiste auprès du grand public.


© : Photo by Christian Kettiger


Il a aussi découvert et signé Norah Jones sur Blue Note. C'est un dénicheur de talent.

Peu importe l'âge ou la nationalité ! Il a produit mes 2 EP à New-York avec l'aide d'un petit label américain Lilihouse Music. Dans les studios, j'ai rencontré des musiciens et ingénieurs du sons extraordinaires. Ils ont tous eu des Grammy Awards. J'avais des étoiles plein les yeux. Sherrod Barnes était le guitariste de Whitney Huston. Il a fait les tournées avec elle. Louis Cato est un multi instrumentiste hyper talentueux qui a tourné avec Marcus Miller et les

Snarky Puppy. Il joue aussi avec Jon Batiste.


T : Les USA précisément New-York, un rêve ?


Oui le rêve américain total. J'adore la musique américaine et spécialement afro américaine. J'aime le groove et le jazz !

J'ai aussi apporté ma team parisienne dont Rémi Amblard, Chris Rime, Tony Haley qui ont été très appréciés.


Les deux EP sont chantés en anglais et en français et ont été sélectionnés dans la catégorie du meilleur EP en 2020 et 2021 aux Victoires de la musique...

Je suis actuellement en pleine promo du 2ème EP Sensuous Whisper et les radios internationales l'apprécient et le prennent. On peut dire qu'aujourd'hui, je suis une artiste française qui se confirme en Worldwide. Il y a beaucoup de radios internet qui se développent et donnent la possibilité d'être joué plus facilement et à l'international.


© : Photo by Gabriela Morawetz


De fait, en tant qu'artiste indépendante signée sur des petits labels , le grand public et les mélomanes me découvrent grâce à ces radios web , aux réseaux sociaux et aux vidéos que je poste. Je suis fière de moi, car c'est exactement le style de musique que j'ai toujours eu envie de jouer, qui me fait rêver et qui me correspond sur ce dernier EP. Les maisons de disques françaises n'auraient pas voulu faire avec moi ce genre de musique, ni collaborer avec des musiciens et producteurs américains . Les deux EP sont pop soul funk en anglais et en français . Le deuxième EP est joué live en plus avec des instruments acoustiques. Aujourd'hui la pop est souvent électro.


T : Qu’est-ce qui s’invite en premier l’écriture, la mélodie ?


Johanna SAINT-PIERRE : En ce qui concerne la création des chansons, je trouve facilement les mélodies mais je préfère les construire sur des harmonies. Je travaille sur le texte après.


T : Quels sont les thèmes qui vous tiennent à cœur ou tout au moins que vous aimez explorer dans vos chansons ? Et pourquoi ?


Johanna SAINT-PIERRE : J'adore parler de ce que ressentent les femmes. Parler de liberté et d'amour.


T : Nous le savons la vie d’artiste nécessite pour certains, de la persévérance, de la pugnacité… Depuis plus de 20 ans de carrière, comment gérez-vous les phases "silencieuses", en retrait ?


Johanna SAINT-PIERRE : En fait, le plus intéressant dans la vie je pense c'est de tracer sa route et de parcourir son chemin. Chaque chemin est unique comme trouver sa propre voix , n'est ce pas TYNDIAYE ! Finalement peu importe l'aboutissement. Le chemin de vie est extrêmement riche.

Si on a un but ou une quête comme moi? qui est celle de vivre une vie d'artiste- musicienne et bien il ne faut pas s'attendre à du succès et de l'argent ! Vous allez vite être très déçus.

Il faut plutôt trouver des solutions pour y arriver. Prendre des risques, ne pas laisser passer les opportunités et tenter sa chance. C'est incroyable car si vous regardez la vie des musiciens professionnels, leur parcours est extrêmement riche.


Chercher la célébrité en fait n'est pas un but, sinon vous allez vite désespérer, cela n'a aucun sens. Le musicien professionnel est toujours reconnu dans son milieu, autour de lui. Sa famille, ses collègues, les proches sont le premier cercle et le premier soutien. C'est quand même un don d'être musicien, c'est déjà absolument génial de se produire sur scène et de sortir des disques. Et oui, c'est une passion qui coûte chère. Je préfère payer un musicien qui m'accompagne, que de m'acheter un nouveau sac à main ou me payer un voyage. Finalement c'est plus écologique.

Les seuls moments que j'ai en retrait ou silencieux sont ceux pour me reposer et prendre des vacances bien méritées en famille. Le musicien est comme un athlète. Il s'entraine sans cesse ou alors est en activité.


© : Photo by Célian Rocques



T : Qu’est-ce qui fait que vous n’ayez pas jeté l’éponge ?


Johanna SAINT-PIERRE : Depuis 20 ans, j'ai aussi la chance d'être soutenue par ma maison d'édition Passport Songs Music. Être reconnue dans le milieu professionnel est bien sûr d'un grand soutien moral. Mon premier album, Ultra Pop a été sélectionné dans la catégorie meilleur album pop électronic aux Victoires de la Musique. Bien qu'inconnue du grand public, je suis connue dans mon milieu professionnel et c'est déjà une grâce.

T : Qu'est-ce qui vous inspire dans la vie ?


Johanna SAINT-PIERRE : La positivité, l'épanouissement , la joie de vivre, l'émotion, la sensibilité, les arts et la culture, les rencontres, le bien-être, la sérénité, la fidélité, la réflexion, progresser, l'humilité, le don dans n'importe quel domaine, la générosité. L'humain !


T : Qu'est-ce qui vous pousse toujours plus loin et pourquoi ?


Johanna SAINT-PIERRE : Le plaisir de chanter, jouer, danser, créer, le studio et la scène font partis de moi. Je serai une fleur qui se fane sinon. Je danserai et chanterai jusqu'à mon dernier souffle ! Même à la maison, avec mes petits enfants ! J'aime le son et le mouvement, cela me procure du bonheur et j'oublie tout le reste.

J'aime aussi le côté dépassement de soi, en tant que musicien. Il faut le mental, être compétitif, attentif, très concentré et assidu. Il ne faut pas baisser les bras, toujours avancer et continuer tout en souriant. Quand c'est dur, il faut surtout se relâcher, ne pas se crisper et respirer. Ne pas trop se poser de questions et s'entrainer. Cela donne de l'énergie et du peps.


© : Photo by Christian Kettiger



T : Quelle jeune femme êtes-vous en 2021 ?


Johanna SAINT-PIERRE : Une femme active, entreprenante et concentrée. Je suis maman de deux jeunes filles qui sont au collège et au lycée, j'ai donc aussi des grandes responsabilités quotidiennes. Je dois me sentir bien dans ma peau, pour essayer d'assumer au mieux ma vie et celle de mes filles. J'aime beaucoup faire la fête aussi, chez moi, chez des amis ou sortir.


T : Quel sera votre petit pas d’après ?


Johanna SAINT-PIERRE : Je suis sur un nouvel album avec un nouveau grand producteur franco-britannique : Nicolas Bulkowstein ! Cela avance super bien.

Je devais faire ma deuxième petite tournée aux USA, piano voix, mais en plein covid tout a été annulé. J'espère pouvoir jouer et programmer cette tournée de nouveau un jour. Il va quand même falloir attendre pour les USA.


T : Que dites-vous aujourd’hui à la petite fille / à la petite Johanna que vous étiez ?


Johanna SAINT-PIERRE : Bravo ma fille car tu as suivi ton instinct !


T : Encore une petite chose, quels sont vos 3 mots inspirants du moment et que vous accepteriez de partager avec nos lecteurs ?


Johanna SAINT-PIERRE : HARMONIE – ENVOL - LIBERTÉ.


T : Au revoir Johanna, merci infiniment de votre temps précieux, au plaisir d’entendre vos prochains titres …


Johanna SAINT-PIERRE : Au revoir TYNDIAYE, merci beaucoup pour m'avoir invitée et m'avoir laissé m'exprimer librement.

© : Photo by Christian Kettiger



Chers lecteurs, entrez dans le monde enchanteur de Johanna SAINT-PIERRE. Une belle artiste, généreuse et si positive que cela en est contagieux.

J'espère tout bientôt que vous pourrez l'applaudir sur scène.

MERCI pour vos retours.


Et si l'envie vous vient d'en savoir plus sur votre voix parlée ou chantée via un diagnostic vocal, contactez la team de La Voix Du Coaching !


TYNDIAYE


Mise en page : Cynthia Akel

Posts récents

Voir tout